6 célèbres repaires de pirates

Faites le tour de quelques-unes des forteresses pirates les plus célèbres de l’histoire et rencontrez les maraudeurs qui ont participé à leur construction.

1/ Port Royal

Pendant l' »âge d’or de la piraterie », à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, Port Royal, en Jamaïque, était l’un des ports d’escale les plus populaires pour les voleurs, les prostituées et les pirates de tout poil. L’association du petit port avec le maraudage a commencé au milieu des années 1600, lorsque les gouverneurs de la Jamaïque l’ont offert comme refuge aux pirates en échange de la protection contre les Espagnols. Les flibustiers ont accepté l’offre et la ville est rapidement devenue une importante base de départ pour les corsaires britanniques et français, des capitaines de navires mandatés par la Couronne pour perturber la navigation espagnole dans les Caraïbes et l’Atlantique. L’un des plus célèbres de ces pirates sanctionnés par l’État était Sir Henry Morgan, un capitaine gallois qui utilisait Port Royal comme base d’opérations pour des raids sur les places fortes espagnoles de Portobello, Cartagena et Panama City.

Port Royal a prospéré grâce à son économie pirate et, dans les années 1660, ses rues étaient bordées de tavernes et de bordels prêts à satisfaire les caprices des jeunes flibustiers riches en butin espagnol. Les récits contemporains décrivent un port sordide, envahi par le jeu, la prostitution et l’alcool, où des marins à la vie dure dilapidaient souvent des milliers de réals espagnols en une seule nuit. Même après la fin de l’ère des corsaires, la « ville la plus malfaisante de la planète » a continué à servir de refuge à une nouvelle catégorie de pirates indépendants et sans foi ni loi. Mais lorsque ces pirates ont commencé à piller sans discernement le trafic maritime dans les Caraïbes, les autorités coloniales de Port Royal ont finalement été incitées à agir. En 1720, la ville a commencé à faire le ménage et son « Gallows Point » est devenu un site notoire pour les pendaisons de pirates. Parmi d’innombrables autres, des flibustiers comme l’impitoyable Charles Vane et le flamboyant « Calico » Jack Rackham finiront par trouver la mort à Port Royal.

2/ L’île Sainte-Marie

Les pirates à la jambe de bois et les capitaines crapuleux sont généralement associés aux Caraïbes, mais bon nombre des boucaniers les plus célèbres ont exercé leur métier dans l’océan Indien. À partir de la fin du XVIIe siècle, des bandes de flibustiers bien armés ont utilisé l’île africaine de Madagascar comme base d’opérations pour des raids sur les navires européens et asiatiques. Selon la légende pirate, certains de ces voleurs pionniers ont même créé une colonie utopique appelée Libertalia, où ils se sont mêlés aux femmes autochtones et ont organisé un gouvernement démocratique. Libertalia est très probablement un mythe maritime, mais Madagascar abritait plusieurs autres bastions de pirates, dont le plus célèbre était l’île Sainte-Marie, sur la côte nord-est.

Dans les années 1690, St. Mary’s comptait une population d’environ 1 500 habitants et servait de base d’approvisionnement vitale pour des pirates comme le capitaine Kidd, Thomas Tew et Henry Every. Dans le cadre d’un accord d’expédition clandestin, de nombreux boucaniers basés à St. Mary’s attaquaient les navires transportant des marchandises exotiques en provenance d’Inde, et les commerçants locaux vendaient ensuite le butin à des marchands véreux dans des villes comme New York et Boston. Certains de ces raids comptaient parmi les crimes les plus lucratifs de l’histoire. Par exemple, en 1695, Henry Every a utilisé une flotte de six navires pour attaquer un navire au trésor appartenant au Grand Moghol des Indes. Après un combat sanglant, il s’est enfui avec l’équivalent de quelque 200 millions de dollars de butin.

3/ Tortuga

Au début des années 1600, l’île rocheuse de Tortuga était le principal bastion d’un groupe hétéroclite d’aventuriers, de voleurs et d’esclaves en fuite qui s’attaquaient aux navires à trésors espagnols dans les Caraïbes. Ces raiders étaient au départ une bande de chasseurs français sur l’île voisine d’Hispaniola (aujourd’hui Haïti), et c’est le mot français désignant leur méthode de salaison de la viande, « boucaner », qui leur a inspiré leur surnom redouté : les boucaniers. Les boucaniers ont fui Hispaniola pour la Tortue vers 1630 après l’arrivée des colons espagnols, et ils se sont rapidement tournés vers le commerce lucratif de la piraterie. Pour soutenir leurs opérations, ils ont fait de Tortuga une forteresse. Jean le Vasseur, un chef flibustier qui avait autrefois travaillé comme ingénieur militaire, a même construit un château de 24 canons appelé Fort de Rocher pour aider à garder le port de l’île.

Tortuga devint une destination de choix pour les pirates, attirant des hommes au caractère rude venus d’aussi loin que l’Angleterre, la Hollande et le Portugal. Au fur et à mesure que les maraudeurs arrivaient sur l’île, ils s’organisaient en une fraternité de voleurs appelée les « Frères de la Côte » et élaboraient leur propre code de conduite. De nombreux Frères ont reçu des commissions de corsaires de l’Angleterre et de la France, et ils se sont avérés être une épine dans le pied des Espagnols, qui ont répondu par des attaques répétées sur Tortuga. Les boucaniers servirent plus tard sous les ordres de Sir Henry Morgan lors de ses célèbres raids le long du Main espagnol, mais leur influence diminua avec la fin des corsaires. Bien que quelques-uns aient continué à rôder dans les Caraïbes pendant plusieurs décennies, les boucaniers de Tortuga avaient pratiquement disparu au début du XVIIIe siècle.

4/ La baie de Clew

La côte ouest de l’Irlande ne semble pas être un territoire de prédilection pour les pirates, mais au XVIe siècle, les rivages accidentés de Clew Bay ont servi de bastion à l’une des plus redoutables femmes corsaires de l’histoire. À une époque où l’Irlande était dirigée par des dizaines de chefs locaux, Grace O’Malley a défié les conventions et s’est imposée comme le chef d’un clan de marins qui contrôlait les côtes par l’intimidation et le pillage. Depuis sa base d’opérations à Rockfleet Castle, O’Malley – également connue sous le nom de Granuaile – commandait des centaines d’hommes et une vingtaine de navires lors de raids contre des clans rivaux et des navires marchands. Elle s’attire également les foudres des représentants du gouvernement, qui tentent à plusieurs reprises de mettre un frein à ses activités. Lorsqu’une flotte de Galway assiège son château en 1574, O’Malley mène ses pirates à la contre-attaque et oblige les navires à battre en retraite.

O’Malley a été capturée en 1577 et a passé plusieurs mois derrière les barreaux, mais dans les années 1580, elle arpentait à nouveau les mers entourant Clew Bay. Son style de commandement pratique lui vaut une réputation de combattante impitoyable – une légende populaire veut qu’elle ait abattu un boucanier turc un jour seulement après avoir accouché – mais elle fait également preuve d’une grande compréhension de la politique. Lorsque les autorités coloniales anglaises ont fini par capturer son fils et confisquer ses navires, O’Malley a adressé une pétition à la Couronne pour obtenir réparation, puis s’est embarquée pour l’Angleterre. Lors d’une rencontre historique en 1593 avec la reine Elizabeth I, elle a personnellement négocié la libération de son fils et a même obtenu le retour de sa flotte.

5/ New Providence

Bien avant de devenir une escale populaire pour les bateaux de croisière et les vacanciers, l’île bahamienne de New Providence était connue comme un « nid » de pirates sans foi ni loi, et ce pour une bonne raison. L’île se trouvait au centre des voies commerciales très fréquentées entre l’Europe et les Antilles, et sa capitale, Nassau, offrait aux maraudeurs un port sûr pour se réparer et se réapprovisionner avant de partir en quête de butin. Dans les années 1710, New Providence était devenue un lieu de rassemblement populaire pour certains des plus gros clients des Caraïbes. Des pillards comme Barbe Noire, Stede Bonnet et Charles Vane, entre autres, étaient connus pour hanter ses tavernes et ses bars en bord de mer.

L’activité des pirates aux Bahamas devint si répandue que le gouvernement britannique craignit pour la survie à long terme de sa colonie. En 1718, la Couronne a envoyé trois navires de guerre à New Providence avec un nouveau gouverneur, le corsaire devenu politicien Woodes Rogers. Le gouverneur Rogers offrit le pardon à tous les pirates qui se rendaient – certains, comme Benjamin Hornigold, devinrent même des chasseurs de pirates – mais il montra peu de pitié pour ceux qui résistaient. En décembre 1718, il envoya un message glacial aux flibustiers impénitents en exécutant une bande de pirates condamnés à Nassau. À partir de ce moment-là, New Providence se transforma lentement, passant d’un terrain de jeu pour voleurs à l’un des principaux quartiers généraux des opérations de lutte contre la piraterie dans les Caraïbes.

6/ La baie de Barataria

Les îles marécageuses entourant la baie de Barataria, en Louisiane, ont servi de sanctuaire et de port sûr au célèbre pirate devenu patriote Jean Laffite. Au début du XIXe siècle, Laffite et son frère Pierre étaient à la tête d’un syndicat de voleurs qui terrorisait la navigation dans le golfe du Mexique. Travaillant comme corsaires pour la toute jeune République de Carthagène, les boucaniers de Laffite pillaient les navires marchands espagnols, puis introduisaient clandestinement des marchandises volées et des esclaves à la Nouvelle-Orléans. Dans les années 1810, leur colonie illégale de la baie de Barataria était devenue l’un des ports de marché noir les plus actifs de toute l’Amérique du Nord. Entre 500 et 1 000 maraudeurs fréquentaient la région, et plus d’une douzaine de navires pirates occupaient régulièrement son port.

En 1814, Laffite interrompt son activité de pirate pour jouer un rôle improbable dans la guerre de 1812. Après avoir reçu une offre des Britanniques, qui espéraient utiliser Barataria comme point d’accès à la Nouvelle-Orléans, Laffite a proposé ses services aux États-Unis en échange de la clémence pour ses méfaits passés. Laffite et ses partisans ont ensuite servi avec distinction lors de la bataille de la Nouvelle-Orléans sous les ordres du futur président Andrew Jackson, et il a été récompensé par un pardon complet. Mais malgré son nouveau pardon, Laffite n’a pas renoncé longtemps à sa vie de criminel. Plus tard, il a conduit ses hommes au Texas et a créé un autre refuge pour les pirates sur l’île de Galveston.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.