Règles et Code des pirates

Origine du Code des Pirates

Depuis le début de l’ère de la voile, les membres d’équipage et les officiers des navires marchands ont commencé à rédiger diverses formes d' »accords de poignée de main » qui régissaient diverses choses concernant les questions d’emploi telles que les conditions de conduite, les descriptions de poste, les paiements et la part de richesse après des voyages commerciaux particulièrement réussis ou des découvertes faites pendant le voyage naval. Lorsque l’ère des pirates a commencé à s’étendre de la Méditerranée, de la mer Baltique et des mers de Chine à une profession organisée où des dizaines de navires et des centaines de personnes ont commencé à rechercher la richesse et la gloire en tant que pirates, les équipages de pirates ont commencé à élaborer leurs propres règles de conduite à suivre. Les codes et règles des pirates ont été romancés dans les décennies et siècles qui ont suivi l’apogée de l’âge d’or des pirates, mais dans leur forme originale, ils représentaient le document crucial qui permettait à de nombreux équipages de pirates de rester organisés et opérationnels.

Le code des pirates a été popularisé par les premiers boucaniers (flottes de pirates organisés qui attaquaient les navires et les ports espagnols au XVIIe siècle dans les Caraïbes) sous les noms de Coutume de la côte, Discipline de la Jamaïque, Charte-partie, Chasse-Partie et sa forme la plus connue « Articles d’accord ». Pour devenir membre à part entière de l’équipage de pirates, toute personne disposée à le faire devait signer le document qui détaillait les règles du navire, la part du butin que chaque membre de l’équipage recevrait, les compensations pour les blessures et les formes de punition pour les membres désobéissants. Lors de la signature, les membres de l’équipage devaient prêter un serment d’allégeance et d’honneur, souvent en plaçant la main sur une bible ou une partie d’une arme ou d’un navire (les exemples les plus courants sont les épées, les haches, les épées croisées, un crâne humain ou un canon d’attaque). Une fois que tous les nouveaux membres pirates avaient signé le code des pirates, ce papier était souvent affiché dans un endroit bien en vue sur le navire où chacun pouvait rapidement se rappeler de ses serments.

Outre les nouvelles recrues volontaires que les équipages de pirates rassemblaient dans les ports (et après les arraisonnements), les membres non volontaires étaient parfois forcés de participer à la piraterie. Cela concernait principalement les artisans qualifiés tels que les navigateurs et les artisans que les équipages de pirates n’étaient pas disposés à libérer. Le grand point de controverse chez les nouvelles recrues entourait l’acte de la signature de l’article du Code Pirate. Comme les autorités n’avaient aucune pitié pour les pirates dont elles identifiaient le nom sur l’article du code pirate, certains membres pirates demandaient à être « forcés à signer » afin de pouvoir clamer leur innocence, tandis que d’autres refusaient simplement de signer leur nom et choisissaient de laisser une marque d’identification (comme le signe de la croix). Les hommes qui étaient capturés sur les navires pirates avaient de bien meilleures chances de survivre aux procès lorsque les autorités les attrapaient un jour.

Parmi les nombreux codes de pirates utilisés sur les mers pendant l’âge d’or de la piraterie, seuls quatre ensembles sont conservés aujourd’hui. Ce faible nombre d’articles survivants peut être attribué à la coutume de brûler ou de jeter les pages du code des pirates par-dessus bord lorsque les pirates se sentaient menacés par les autorités (généralement lors de la reddition d’un navire).

Exemples de vraies Code de Pirates

Voici des exemples de codes de pirates tirés de « A General History of the Pyrates Book » de Charles Johnson.

  1. Chaque homme a un droit de vote dans les affaires importantes ; il a un titre égal aux provisions fraîches ou aux liqueurs fortes, saisies à tout moment, et peut les utiliser à son gré, à moins qu’une pénurie (ce qui n’est pas rare chez eux) ne rende nécessaire, pour le bien de tous, de voter une réduction.
  2. Chaque homme doit être appelé équitablement à tour de rôle, par liste, à bord des bateaux de pêche, parce que, en plus de leur part propre, ils ont droit à un changement de vêtements dans ces occasions ; mais s’ils ont fraudé la compagnie pour la valeur d’un dollar en argent, bijoux ou argent, le marooning était leur punition. Si le vol n’avait lieu qu’entre eux, ils se contentaient de couper les oreilles et le nez du coupable, et le mettaient à terre, non pas dans un endroit inhabité, mais quelque part où il était sûr de rencontrer des difficultés.
  3. Personne ne doit jouer aux cartes ou aux dés pour de l’argent.
  4. Les lumières et les bougies devaient être éteintes à huit heures du soir : si, après cette heure, quelqu’un de l’équipage avait encore envie de boire, il devait le faire sur le pont découvert.
  5. De garder leurs pièces, pistolets et coutelas propres et en état de servir.
  6. Aucun garçon ou femme n’est admis parmi eux. Si un homme était surpris à séduire une femme et l’emmenait en mer, déguisée, il devait souffrir la mort (si bien que lorsqu’une femme tombait entre leurs mains, comme il est arrivé à l’Onslow, ils plaçaient immédiatement une sentinelle sur elle pour éviter les conséquences néfastes d’un instrument si dangereux de division et de querelle ; mais c’est là que réside la friponnerie ; ils se disputent pour savoir qui sera la sentinelle, ce qui arrive généralement à l’une des plus grandes brutes, qui, pour s’assurer de la vertu de la dame, ne laisse personne d’autre que lui s’allonger avec elle).
  7. Déserter le navire ou leurs quartiers lors d’une bataille, était puni de mort ou de marronnage.
  8. Il est interdit de se frapper à bord, mais les querelles de chacun doivent être terminées à terre, à l’épée et au pistolet. (Le quartier-maître du navire, lorsque les parties ne veulent pas se réconcilier, les accompagne sur le rivage avec l’aide qu’il juge convenable, et fait tourner les querelleurs dos à dos, à tant de pas de distance ; au mot de commandement, ils se retournent et tirent immédiatement, (ou bien la pièce leur tombe des mains). Si les deux manquent, ils en viennent à leurs coutelas, et alors est déclaré vainqueur celui qui fait couler le premier sang).
  9. Aucun homme ne doit parler de rompre leur manière de vivre, jusqu’à ce que chacun ait partagé mille livres. Si, pour cela, un homme perdait un membre ou devenait infirme à leur service, il aurait huit cents dollars, pris sur les fonds publics, et pour les blessures moins importantes, proportionnellement.
  10. Le capitaine et le quartier-maître recevront deux parts d’un prix ; le capitaine, le maître d’équipage et le canonnier, une part et demie, et les autres officiers une part et quart.
  11. Les musiciens doivent se reposer le jour du sabbat, mais les autres six jours et nuits, aucun sans faveur spéciale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.